Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Site d informations  .PEUPLE EN COLÈRE RAS LE BOL DU SOCIALISME .

La SCI de la compagne de Ferrand: une histoire gênante pour le gouvernement?

24 Mai 2017, 09:34am

Publié par PEUPLE EN COLÈRE RAS LE BOL SU SOCIALISME

La SCI de la compagne de Ferrand: une histoire gênante pour le gouvernement?

Le Canard enchaîné rapporte que le nouveau ministre, lorsqu'il dirigeait un organisme de mutuelles, a conclu un bail avec une société créée par son épouse.

Petite mise en jambe avant la préparation de la grande loi de moralisation de la vie publique échafaudée par le nouveau gouvernement. Dans son édition à paraître mercredi, Le Canard enchaîné révèle une histoire potentiellement gênante pour Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires et proche d'Emmanuel Macron.  

LIRE AUSSI >> Richard Ferrand, le fidèle, nommé à la Cohésion des territoires 

De 1993 à 2012, l'actuel député du Finistère était directeur général des Mutuelles de Bretagne, organisme dont le but est de centraliser les offres de soins disponibles dans la région. En janvier 2011, comme le raconte l'hebdomadaire satirique, Richard Ferrand et son conseil d'administration se réunissent pour choisir un site censé accueillir un nouveau centre de soins à Brest. Il se trouve que l'offre retenue est celle de l'avocate Sandrine Doucen, compagne du ministre.  

Arrangement familial à moindre frais?

En soit, il n'y a rien d'illégal dans le choix de Richard Ferrand, ni d'argent public en jeu. Le loup est ailleurs. La société civile immobilière (SCI) dénommée Saca, qui obtient donc le bail accordé par Les Mutuelles de Bretagne et qui est gérée par Sandrine Doucen, n'a aucune existence légale au moment de cette signature. Elle ne dispose pas, non plus, d'un titre de propriété pour le bien qu'elle propose (le local). 

LIRE AUSSI >> Moralisation de la vie publique: Dosière met le cap sur le financement des partis 

Créée à la hâte, elle ne va acquérir les locaux en question qu'un mois plus tard -lorsque son nom est déposé au tribunal de commerce- et grâce à un emprunt contracté auprès du Crédit agricole du Finistère, remboursable sur 15 ans. Aucun frais n'est donc avancé par Sandrine Doucen, d'autant que le prêt doit être remboursé par le loyer garanti par Les Mutuelles de Bretagne.  

Une valeur multipliée par 3000

Qui plus est, l'organisme de Richard Ferrand avait prévu de financer, à hauteur de 184 000 euros, la rénovation des locaux, en mauvais état au moment de l'acquisition d'après Le Canard enchaîné. Seul apport de l'avocate: une dotation en capital de 100 euros, dont 99% des parts lui appartiennent. La part restante avait été rachetée, en 2011, par un ami aveyronnais du couple Ferrand-Doucen. En février dernier, cette part a été revendue à une de leurs filles. En six ans, la valeur des parts a été multipliée par 3000, raconte Le Canard enchaîné.  

Le principal intéressé ne dément pas les faits. Interrogé par le palmipède satirique, le ministre de la Cohésion des territoires maintient que l'offre de la SCI de son épouse était "la moins chère" et que le "prix était conforme au marché". "Rien n'a été caché: tout le monde savait que cette SCI était la propriété de ma compagne!", souligne-t-il. 

"Rien d'illégal"

Si l'intéressé est plutôt discret depuis mardi soir, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement qui connait bien Richard Ferrand, a assuré que tout était "légal, connu et transparent" ce mercredi, au micro d'Europe1.  

"Evidemment, ça tombe mal. Ça créé la suspicion, reconnait Christophe Castaner, au moment où le gouvernement doit présenter dans les prochains jours un projet de loi sur la moralisation de la vie publique. Ça meurtri Richard Ferrand, homme d'une grande probité. Mais je le répète, il n'y a rien d'illégal, rien qui ne serait pas moral [...] Richard Ferrand a la pleine confiance du président de la république". http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-sci-de-la-compagne-de-ferrand-une-histoire-genante-pour-le-gouvernement_1911103.html

La SCI de la compagne de Ferrand: une histoire gênante pour le gouvernement?

Commenter cet article